Retour page d'accueil

L'humanité face à son plus grand défi : s'effacer ou tout recommencer



Brisures


19 Juillet - 7 h 17
États-Unis - Aéroport de Boston

 

Le Boeing 737 UA-1319 se présente au-dessus de la piste dix-neuf.

 

- « ... les fauteuils doivent être relevés, les ceintures attachées et la tablette située devant vous repliée».

 

Tandis que la consigne vocale du chef de cabine se termine, les passagers se préparent pour l’atterrissage.

 

À l’intérieur du cockpit, le copilote effectue ses vérifications de fin de vol habituelles lorsque son regard se fige sur l’anémomètre. Inquiet, il tourne la tête vers son commandant et découvre un homme blême, tremblant devant la piste qui se rapproche à très grande vitesse.

 

- Tom ?  

 

Muet d’angoisse, le commandant ne réagit pas.

 

- Vol UA-1319, votre I.L.S indique un défaut de trajectoire important. Réduisez les gaz et reprenez votre couloir..

 

Le copilote jette un œil nerveux sur ses instruments et constate avec frayeur l’information relayée par la tour de contrôle.

 

- On doit redresser Tom !

 

Le commandant inspire et expire profondément pour stimuler ses facultés sensorielles, mais rien n’y fait. Dans un ultime éclair de lucidité, il décroche son harnais, se lève et s’écarte.

 

- Prends les commandes !

 

Abasourdi, le copilote le regarde sans comprendre.

 

Le commandant lui crie alors d’une voix blanche et étrangement cohérente :

 

- Prends les commandes !! Je… Je ne sais plus comment faire…

 

L’avion n’est plus qu’à une centaine de mètres du crash quand le copilote attrape le manche et exécute une manœuvre d’urgence.

 

 

19 Juillet - 22 h 11
Brésil - Sao Paulo

 

Assis à l’arrière d’une Lincoln Continental verte, Cyrielle et Antoine scrutent l’extérieur avec fébrilité. Devant eux, côté conducteur, Rogerio est bien plus calme. Il faut dire que ses vingt années passées dans la police brésilienne à barouder dans les unités les plus exposées du pays lui ont donné une certaine expérience des situations de crise.

 

Désormais enquêteur privé, il a pourtant hésité lorsque Cyrielle et Antoine l’ont contacté pour retrouver leur fille disparue. Il prévoyait même de les orienter vers un collègue. Mais au cours de leur entretien, il n’a pu s’empêcher d’apprécier ce couple français qui, contrairement aux expatriés habituels, avait fait le choix d’habiter au milieu des locaux, loin des résidences ultra-sécurisées mises à disposition par les sociétés étrangères. Malheureusement pour eux, ce désir d’ouverture parfaitement honorable avait conduit leur fille unique à s’enticher d’un jeune homme peu recommandable. Et à la suite d’une énième sortie nocturne non autorisée, les parents avaient fait l’erreur fatale de la consigner dans sa chambre pour une durée indéterminée. Le lendemain matin la jeune fille avait disparu, laissant pour seule explication un mot aussi concis que glacial :

 

« Sans Amour, point de Vie »

 

La main droite tapotant le volant, Rogerio repère la silhouette d’un jeune homme qui s’approche. La tête enfoncée dans la capuche d’un sweat aux couleurs du club de Flamengo, il sonde les alentours avant de se décider à monter dans le véhicule, côté passager. Âgé d’une vingtaine d’années, il jette à peine un œil vers Cyrielle et Antoine et s’adresse directement à Rogerio.

 

- T’as mon fric ?

 

Rogerio montre une liasse de billets et lui fait comprendre d’un regard qu’il veut d’abord l’entendre. Le jeune homme hésite un instant, puis il se lance.

 

- J’ai entendu un Volios qui se vantait d’avoir une « Française » comme femme de ménage.

 

Cyrielle et Antoine tressaillent.

 

- Décris-le-moi.

- 1m80, brun… Des locks plutôt courts.

 

Rogerio se retourne vers Cyrielle et Antoine. La description correspond.

 

- Où est ce qu’on peut le trouver ?

 

Lorsqu’il refixe ses yeux sur le jeune homme, Rogerio remarque immédiatement que son attitude a changé. Visage figé, expression interloquée, il semble totalement perdu.

 

- Qui… Qui vous êtes, vous ? Où est-ce qu’on est ??

 

Pressentant instinctivement sa prochaine réaction, Rogerio actionne la fermeture automatique des portes provoquant la panique du jeune homme.

 

- Qu’est-ce que vous me voulez ? Laissez-moi sortir ! Laissez-moi sortir !!!

 

 

19 Juillet - 10 h 54
Afghanistan – 100 km à l’ouest de Kandahar

 

En plein milieu d’une opération de déminage complexe, Gordon se fige. Le visage troublé, il observe la mine d’un regard perplexe, comme s’il cherchait à comprendre pourquoi ses mains manipulent un tel objet.

 

Soudain, des coups de feu et des explosions retentissent !

 

Attaqués par des assaillants en surnombre, les sept membres de la patrouille de Gordon tombent les uns après les autres sous le feu ennemi.

 

Après une résistance futile, Gordon se retrouve piégé et contraint à la reddition.

 

19 Juillet – 16 h 37
États-Unis- New Jersey

 

Son véhicule arrêté à un feu rouge, Gloria tente de gérer le chaos provoqué par ses trois enfants assis derrière elle. Aaron, 2 ans, hurle et pleure parce qu’il a fait tomber sa tétine. Debbie, 5 ans, hurle et pleure parce que sa mère refuse de la laisser jouer avec son téléphone. Et Crystal, 10 ans, hurle et pleure parce que son frère et sa sœur lui tapent sur les nerfs.

 

Le volume sonore dans l’habitacle est hors norme. Et Gloria s’apprête à y ajouter le son de sa voix hystérique quand une horde de klaxons retentit. Le feu étant passé au vert, une file d’automobilistes s’impatiente derrière elle.

 

Après un dernier coup d’œil sombre à l’attention de ses enfants, Gloria se retourne pour redémarrer. Mais tandis qu’elle pose ses mains sur le volant, elle se tétanise soudain.

 

Les klaxons deviennent de plus en plus agressifs.

 

À l’arrière du véhicule, toujours en mode fin du monde, les enfants ne réalisent pas que leur mère n’est pas dans son état normal. Cherchant à comprendre ce qui lui arrive, Gloria jette des regards fébriles sur le volant, le tableau de bord et le levier de vitesse. Mais le savoir qu’elle cherche désespérément ne revient pas.

 

19 Juillet- 15 h 18
Afrique du Sud- Golf du Plettenberf Bay Country Club

 

Dennis Athram, richissime homme d’affaire de cinquant-neuf ans au charisme magnétique, se tient debout devant le onzième trou, prêt à putter un coup facile, quand une brisure interne fige son mouvement. Le visage tendu, mais étrangement calme, il respire doucement et débute un sondage de chacun de ses membres, tel un malade touché par un mal qu’il connaît et dont il cherche à contrôler les symptômes.

 

 

19 Juillet - 14 h
Madrid - Réunion confidentielle

 

Une pièce obscure sans fenêtres, à peine éclairée par quelques spots incrustés dans le faux plafond, accueille un petit groupe de scientifiques, membres du GOARN (réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie).

 

Dans une atmosphère lourde, les visages anxieux des scientifiques sont tous dirigés vers Pushan Bachchan. Assis derrière un pupitre, cet expert mondial en risques, analyses et statistiques mesure pleinement la gravité de la situation. Après avoir travaillé sur des centaines de crises sanitaires, il se pourrait que celle-ci soit la dernière. Toutefois, convaincu qu’une nature chaleureuse est le début de la solution à tous problèmes, Pushan prend la parole d’une voix résolument bienveillante.

 

- Merci à tous de vous être rendus disponibles dans un si court délai.

 

Il appuie sur la touche d’un clavier d’ordinateur pour faire apparaître un planisphère algorithmique sur un grand écran LED, accroché au mur. Datée au 19 janvier de l’année en cours, la carte interactive affiche de nombreux points verts et jaunes répartis de manière proportionnelle sur chaque pays.

 

- Commençons s’il vous plaît !

 

Un homme d’une cinquantaine d’années au visage rond comme une bille montre un morceau de papier portant le numéro un. Le corps raide et la gorge sèche, il énumère une série de chiffres d’une voix tremblante. Lorsqu’il en a terminé, une femme qui détient le numéro deux prend la suite.

 

Dans une ambiance suffocante, chaque scientifique annonce ses chiffres pendant que Bachchan les rentre sur son ordinateur.

 

Arrive le tour du dernier scientifique, un homme d’une quarantaine d’années au visage fatigué et marqué. Mesurant la portée des chiffres qui viennent d’être énoncés, il égrène les siens d’une voix blanche.

 

Bachchan relève ces dernières données dans son ordinateur. Il actualise ensuite la date de la carte au 19 juillet et lance le démarrage de son algorithme.

 

Les yeux braqués sur le planisphère interactif, les scientifiques retiennent leur souffle.

 

Une cinquantaine de secondes s’écoulent avant qu’une multitude de points orange apparaisse sur la carte. Recouvrant peu à peu la plupart des points verts et jaunes déjà présents, ils s’attaquent même à des zones vierges du planisphère. Aucun pays n’y échappe.

 

Les scientifiques sont terrifiés. Bachchan lui-même ne peut dissimuler son effroi.

 

A SUIVRE...

Sam Bekare - Protégée à la SACD

 

Pour lire la suite, vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement.

 

 

résumé

Le monde vacille lorsqu’une soudaine épidémie d’amnésies se met à frapper à l’aveugle. L’humanité entière est menacée de dégénérescence. Affolés, citoyens et gouvernements multiplient les tentatives pour endiguer ce « Grand Bug ».

 

Auteur : Sam Bekare

Saison 1 : 10 épisodes

 

© Copyright Pitchseries